Besançon : « On ne voit pas le bout du tunnel »

« C'est tout un monde réduit au silence. Les précarités s'additionnent » ont expliqué les participants.



Ce dimanche matin, à Besançon, à l'appel du CIP, le syndicat des intermittents et précaires, et d'autres acteurs culturels, environ 200 personnes sont venues dénoncer leur situation en pleine crise liée à la Covid-19. Ce rassemblement s'est tenu devant la cité des arts, baptisée pour l'occasion « la cité des arts perdue ». Depuis plus d'un an, ces acteurs et professionnels de la culture ne travaillent plus. Alors autant dire que le quotidien est difficile et que la précarité est bien réelle. Pour dénoncer cette situation qui dure, et dont personne « ne voit le bout du tunnel, certains occupent, depuis onze jours, le centre dramatique national bisontin.

« C'est tout un monde réduit au silence. Les précarités s'additionnent » ont expliqué les participants. Les revendications et les demandes sont nombreuses. Elles portent notamment sur la situation sociale et économique des acteurs de ce secteur. Elles portent aussi sur la protection sociale et les droits qui en découlent, le prolongement de l'année blanche, la mise en place d'un plan massif à l'emploi et un soutien renforcé aux caisses sociales du spectacle.

Les acteurs de la culture espèrent une sortie de crise la plus rapide possible. Il se disent prêts à prendre toutes les mesures sanitaires qui s'imposent pour permettre la réouverture des lieux culturels et la diffusion des spectacles et des concerts, si importants à la vie sociale d'un pays, à l'éducation, à l'enrichissement intellectuel et au bien-être de sa population.

L'interview de la rédaction
Youtube : Created : dimanche 21 mars 2021 13:10 Categories : Culture | Actualités locales | Social | Santé | Actualités Favoris : Ajouter aux favoris Tags : culture | santé | social
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter


Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.