La Rodia : Comment gérer la situation actuelle ?

" Le maître mot doit être « solidaire » en ce moment "

La Rodia : Comment gérer la situation actuelle ?

Si tous les secteurs sont touchés économiquement par le confinement en vigueur, le monde du spectacle, déjà réputé précaire, risque d’en pâtir encore plus. Le début de l’été devait permettre à bon nombre d’artistes mais également aux équipes techniques et de sécurité, de remplir leur agenda grâce aux festivals et autres concerts. Cependant, la date minimum du 15 juillet, qui devrait être repoussée, contraint le monde de la musique notamment à revoir ses plans. Simon Nicolas, responsable de la communication de la Rodia, revient en détail sur cette situation complexe, au micro de notre rédaction.

Aujourd’hui, quelles sont les répercussions de cette situation sur La Rodia ?

Les répercussions sont catastrophiques pour nous, et pour tous les prestataires avec lesquels nous travaillons, que ce soit la sécurité, les intermittents, les techniciens du son, de la lumière.

C’est toute la profession qui est touchée ?

Oui, on a pas encore de bilan chiffré mais c’est toute la profession qui est touchée. Nous sommes une salle de concert qui s’auto-finance en grande partie, mais nous sommes également subventionnée. On pense à tous les cafés-concerts, les clubs, qui ne sont pas forcément subventionnés et qui sont dans une situation encore plus incertaine que la notre.

Comment s’en sortir pour ces personnes ?

Il faut se serrer les coudes. Le maître mot doit être « solidaire » en ce moment. Il faut regarder comment travailler avec tout le monde. Nous sommes un peu tous dans le même désarroi, on cherche des solutions pour que tout le monde s’en sorte, mais ce n’est pas simple. On ne sait même pas quand tout ça sera terminé.

Quand espérez-vous pouvoir reprendre les concerts ?

Actuellement, la date officielle fixée est celle du 15 juillet, mais on sait que cela va s’étendre. Nous, on espère reprendre à l’automne parce qu’on a une programmation assez dense, et parce qu’on a hâte de retrouver le public.

Cela veut dire qu’on se dirige sur des annulations et des reports pour l’été ?

Aujourd’hui on ne sait pas, et les personnes avec qui nous travaillons ne savent pas non plus. On essaye d’anticiper un maximum mais c’est extrêmement compliqué de se prononcer, tout change tous les trois jours.

Vous parliez de l’automne, on imagine que l’objectif principal, c'est le maintien du festival Détonation ?

Oui, mais on est dans le flou. On ne sait pas si les artistes américains pourront venir par exemple. Actuellement on travaille sur une version plus courte du festival, avec une scène en moins. On essaye d’étudier plusieurs scénarios pour être le plus prêt possible quand on nous dira « oui vous pouvez y aller » ou « non vous ne pouvez pas ».

Interview de la rédaction
Created : lundi 27 avril 2020 18:01 Categories : Economie | Culture | Actualités locales | Social | Actualités Favoris : Ajouter aux favoris Tags : confinement | coronavirus | covid-19 | intermittents du spectacle | La rodia | musique
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter


Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.