Etudiants : Comment vivent-ils le confinement ?

Pour l’heure, l’urgence est à la gestion des conséquences de cette crise dans le milieu estudiantin bisontin.

Etudiants : Comment vivent-ils le confinement ?

La CGT salariés étudiants vient d’envoyer un questionnaire anonyme aux 500 étudiants confinés à Besançon. L’objectif est de consulter les étudiants sur leurs conditions de confinement. Il aborde ainsi leur situation financière, pédagogique et psychologique. A l’issue de cette période de confinement et après l’évaluation des résultats, le syndicat entend porter des revendications auprès des instances de l’université et de son futur président Car, selon le collectif, il est important d’anticiper à l’avenir ce genre de situations et surtout d’inviter la présidence de l’université à s’interroger sur sa gouvernance. La CGT salariés étudiants désapprouve d’ailleurs les décisions prises en haut lieu sur la gestion de cette crise. L’absence de concertation avec le monde étudiant pour l’organisation des partielles de fin d’année par exemple et l’accompagnement des étudiants les plus précaires ne passent pas. Clément Delbende de la CGT salariés étudiants pointe des préoccupation financières, pécuniaires et psychologiques. Sans omettre les difficultés liées au parcours universitaire.

« A ce stade, beaucoup inspirent à terminer leurs études pour ensuite entrer au plus vite sur le marché du travail » explique le responsable syndical. Ce qui n’est pas encore le cas pour le moment, tant les épreuves s’écrivent encore pour certains en pointillés. « Le comportement de la présidence de l’université nous semble être en total décalage avec les attentes des étudiants aujourd’hui » précise-t-il. Pour la CGT, il n’ y a pas de doute, cette situation de crise et les conséquences actuelles imposent une remise en cause du système. « Il va falloir trouver les causes de ces dysfonctionnements ». Et de poursuivre : « l’austérité, le manque de budget et la destruction du service public de l’enseignement en sont sans doute la cause ». Et de conclure : « Il faudra porter ce débat là à la fin du confinement dans les instances de l’université ». Pour l’heure, l’urgence est à la gestion des conséquences de cette crise dans le milieu estudiantin bisontin.

Clément Delbende
Created : mercredi 22 avril 2020 16:14 Categories : Actualités locales | Société | Social | Jeunesse | Actualités Favoris : Ajouter aux favoris Tags : Jeunesse | social | société | vie étudiante
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter


Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.