Les exploitations agricoles cibles privilégiées des voleurs et des trafiquants

De nombreux vols d'animaux, de fuel, de métaux, ... sont recensés dans les exploitations agricoles du département

Les exploitations agricoles cibles privilégiées des voleurs et des trafiquants

Dans le Doubs comme dans de nombreux autres départements français, les agriculteurs doivent faire face à la recrudescence des vols dans leurs exploitations.

Depuis quelques mois maintenant, des trafiquants, mais aussi de simples particuliers, n’hésitent pas à s’introduire dans ces espaces privés pour s’emparer de métaux, de fuel ou encore d’animaux vivants ( poules, lapins, moutons…) pour les consommer ou revendre la viande sur des marchés parallèles. « Beaucoup de gens s’inquiètent car ils voient de plus en plus de voitures tournées autour des fermes. Dernièrement un agriculteur du canton m’a raconté, qu’un jour, alors qu’il était entrain de manger avec son épouse, il a vu un véhicule s’arrêté à hauteur de sa ferme. Quatre gamins en sont sortis. Ils ont couru en direction de l’exploitation. Le propriétaire s’est alors empressé de sortir. Lorsqu’il a été vu, le conducteur a sifflé pour alerter les enfants qu’il fallait revenir. Une fois tout le monde à l’intérieur, ils sont vite repartis » explique Mr Quinchon, exploitant dans le canton de Quingey et militant à la FDSEA.

Le corps d’un mouton retrouvé dépecé dans la Loue

Pour Mr Quinchon , il n’y a pas de doute en cette période de crise, cette viande, bon marché, est une aubaine pour certaines personnes. Il en appelle aux forces de l’ordre et à la préfecture pour aider ses collègues à mieux se protéger de ces prédateurs. Preuve de la recrudescence de ces vols. Cet été, la tête et une partie du corps d’un mouton ont été retrouvés dans la Loue, sur le canton de Quingey. L’animal avait été volé dans une autre région de France. « Les individus ont découpé ce qui était consommable avant de jeter le reste » explique l’agriculteur. Dans certaines régions de France, face à cette situation, et devant l’incapacité des forces de l’ordre à faire stopper ces larcins, des agriculteurs exaspérés parlent de se faire justice eux-mêmes. D’autres plus modérés ont choisi de renforcer la sécurité en installant par exemple des phares de détection de mouvements dans les cours ou des alarmes. En Seine et Marne, des contacts ont été noués entre la FNSEA et la gendarmerie pour évoquer ce sujet.

Mr Quinchon de la FDSEA du Doubs
Created : vendredi 18 octobre 2013 18:57 Categories : Faits Divers | Actualités Favoris : Ajouter aux favoris Tags : exploitations agricoles | trafiquants | vols
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter


Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.