L’Université de Franche-Comté, lauréate du projet Sliding Doors au service de l’immigration

"Sliding Doors" dont la signification est "portes coulissantes". Une image pour représenter les opportunités pouvant s'ouvrir ou se fermer très rapidement. "Les milliers de destins de vie de migrants se jouant sur un détail" selon Frédéric Spagnoli.

L’Université de Franche-Comté, lauréate du projet Sliding Doors au service de l’immigration

Ce mercredi matin, l’université de Franche-Comté tenait une conférence de presse aux couleurs de l’Europe afin de présenter le projet Sliding Doors. L’enjeu de ce dernier est d’analyser les processus d’intégration des migrants et d’appréhender ces problématiques en associant travaux universitaires et société civile. Il regroupe 12 partenaires issus du monde universitaire et de la société civile de 9 pays européens différents. Au terme du projet qui s’étendra sur 18 mois, des recommandations seront proposées à de nombreuses institutions européennes.

 

Une nouvelle façon de considérer les migrations

« Je suis une petite fille de migrants, et une femme de migrant » confie Macha Woronoff, la nouvelle présidente de l’université de Franche-Comté. « Et c’est avec fierté que l’université s’investit dans ce projet, en donnant une nouvelle perspective aux études des migrations » poursuit-elle. Porté et piloté par Frédéric Spagnoli, maître de conférence et membre de l’Institut des Sciences et Techniques de l’Antiquité, l’objectif de ce projet est d’analyser, dans une perspective socio-historique large, les processus d’intégration des migrants. Parce que la migration « fait partie de l’histoire de l’homme depuis des millénaires » précise le porteur de projet. Et qu’elles continueront, selon Frédéric Spagnoli, tant que l’écart entre pays riches et pays pauvres continuera de s’accroître de jour en jour.

Combiner plusieurs travaux

« C’est un projet européen pour les citoyens, et par les citoyens » souligne Frédéric Spagnoli. Il s’intègre dans la volonté de l’université de Franche-Comté de s’ouvrir vers les sujets sociétaux en développant des travaux de recherche dans le domaine des sciences humaines et sociales. Et pour y parvenir, il s’agit de combiner les travaux universitaires de 12 partenaires différents, en impliquant les habitants de 9 pays européens. Avec pour objectif de combattre les fake news, les stéréotypes et les préjugés que l’on associe la plupart du temps trop négativement aux migrations. Mais aussi afin d’apporter « modestement » des recommandations, des solutions et des conseils aux plus grandes instances européennes.  


Created : mercredi 7 avril 2021 17:02 Categories : Culture | Société | Education | Actualités Favoris : Ajouter aux favoris Tags : Besançon | immigration | migration | UFR SLHS | Université de Franche Comté
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter


L'inforoute

Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.