Week-end de futsal au Palais des Sports de Besançon

Educateurs et joueurs le reconnaissent. Le Futsal n’a rien à voir avec le football tel qu’ils le pratiquent tout au long de la saison.



Ce week-end, le district Doubs-Sud Haut-Doubs organisait ses finales départementales futsal. La compétition se tenait au Palais des Sports de Besançon. Cette année, le rendez-vous a connu un véritable engouement. Plus de 650 équipes se sont inscrites. Autant dire que durant la longue période hivernale, les éducateurs du Doubs ont envie de faire porter le maillot à leurs licenciés.

« Le futsal est une pratique phare de la fédération française de football qui cherche à le développer. Cette pratique, on l’utilise en complément de la saison, pendant la trêve, de novembre à mars. Au niveau du district, on met en place des plateaux qualificatifs pour nos finales départementales, avec ensuite une qualification pour les finales régionales » explique Gaëtan Hanriot, formateur au district Doubs Sud Haut-Doubs. Cette année, le rendez-vous régional se disputera le 28 février prochain au Palais des Sports bisontin. Si le district Doubs-Sud Haut-Doubs est la cheville ouvrière de ces compétitions, les arbitres du district sont également présents. Sous la houlette de Christophe Lanoix, de jeunes arbitres, formés à ces matches indoor, assurent le bon déroulement des rencontres. « L’arbitrage futsal est complètement différent de celui que l’on peut connaître en herbe. Quelques règles sont similaires mais il y a beaucoup d’adaptations. Nous assurons une formation spécifique à nos arbitres. Un arbitre futsal est obligé de passer par ce temps d’apprentissage pour tenir le sifflet » explique Mr Lanoix. Et de conclure « Un arbitrage futsal n’est pas très physique, mais très psychologique ».

Une pratique différente

Pierre Delagrange le reconnaît. Le Futsal n’a rien à voir avec le football tel qu’il le pratique tout au long de la saison avec ses U17 pontissaliens. « Tout est différent. Les tactiques de jeu doivent se réfléchir autrement. Il faut aller beaucoup plus vite parce que les espaces sont plus petits. Il faut des joueurs techniques car le jeu demande une vraie rapidité » explique le coach du Haut-Doubs. Denis Perrin, l’entraîneur des U18 d’Etalans Vernierfontaine, est en harmonie avec son collègue pontissalien « Il faut être super technique. Vous ne gardez pas les ballons si vous ne jouez pas à une touche de balle. Ca va beaucoup trop vite pour nous » analyse-t-il. Pour les joueurs ce tournoi n'est pas une priorité. A Pontarlier, Lucas et son équipe le voient comme un moyen de se relancer physiquement avant d’entamer la deuxième partie de championnat, avec la montée en national en vue. « On prend ce tournoi avec sérieux. Il y a toujours cette envie de gagner. Il faut se préparer pour le championnat, qui va être plus important » explique le jeune footballeur. Cette initiative a également permis de mettre en compétition des équipes qui ne se seraient sans doute jamais opposées. Alexandre d’Etalans Vernierfontaine ne regrette pas ces rencontres difficiles et très physiques. « C’est un autre niveau. Nous avons rencontré de belles équipes dans les tournois qualificatifs mais là on sent bien que nos adversaires sont plus forts » conclut le footballeur essoufflé mais satisfait d’avoir pu se confronter à des formations plus capées.

Les photos de la rédaction : https://www.facebook.com/jerome.bolard.9/media_set?set=a.10206207673694220.1073741899.1335941570&type=3&uploaded=65

Le reportage de la rédaction
Created : dimanche 8 février 2015 18:02 Categories : Sport | Actualités locales | Actualités Favoris : Ajouter aux favoris Tags : futsal | Sport
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter


L'inforoute

Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.