Insécurité grandissante au lycée Jules Haag site Marceau, les enseignants en grève

"Tout se détériore en peu de temps. Il faut que le rectorat apporte des réponses"

Insécurité grandissante au lycée Jules Haag site Marceau, les enseignants en grève

Le personnel du lycée Jules-Haag site Marceau a tiré la sonnette d'alarme à travers une lettre ouverte à destination de l’administration ce lundi. Il pointe des conditions de travail qui se dégradent : agressions verbales, insultes, présence d’armes détenues par des élèves à l’intérieur de l’établissement et non-respect de la laïcité par des pratiques religieuses au sein de l’établissement. Les syndicats et leurs enseignants déplorent la mauvaise gestion du rectorat. Ils demandent : la prédominance de la parole des salariés face à celle de l’élève dans les situations de crises, la convocation de conseils de discipline en urgence, l’application des dispositions officielles face aux risques de dérives intégristes et le rétablissement des postes administratifs supprimés pour assurer la sécurité et le bon fonctionnement du lycée.

 

Une situation qui empire

Depuis maintenant plus d’une semaine, le lycée Jules Haag site Marceau est sujet à plusieurs faits de violence assez graves. D’abord verbales, puisque tout a commencé lors d’une bagarre au sein d’une classe, qui s’est soldée par une insulte envers une enseignante. Mais aussi de violences physiques, puisque jeudi dernier, un élève du lycée s’est fait poignarder dans le tramway, et dans la foulée, les équipes pédagogiques ont découvert plusieurs armes dans le sac à dos d’un autre lycéen au sein de l’établissement : couteau suisse, bombe lacrymogène, et matraque télescopique, au sein. Une situation qui monte en puissance, et qui dégénère de plus en plus selon Sylvain Plançon, enseignant au sein du lycée. « C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase » indique le professeur de français et d’histoire-géographie, aussi représentant de la CGT. « Tout se détériore en peu de temps. Il faut que le rectorat apporte des réponses. À force de supprimer des moyens, on tue le lycée. On n’a qu’un ou deux surveillants par jour pour encadrer les gosses, on a supprimé le poste de documentaliste. C’est une honte. On fait ça pour tirer la sonnette d’alarme », explique Sylvain Plançon.

Le rectorat réplique

Hier après-midi, le rectorat a tenu à communiquer, car selon lui, cette grève n'exprime « que la parole d'une partie des personnels, et non l'ensemble, du lycée Jules Haag site Marceau ». Il est revenu sur les deux épisodes connus de ces derniers jours, à savoir l'agression au couteau dans une rame de tramway et la détention par un jeune d'armes qui ont « créé de l'émotion dans la communauté éducative de l'établissement ». Toujours selon le rectorat, ces affaires sont actuellement traitées par les services de police et un conseil de discipline a été immédiatement convoqué. « Toute agression physique ou verbale à l’endroit d’un élève ou d’un personnel doit être portée à la connaissance de la direction de l’établissement, pour que soient prises les dispositions adaptées », poursuit le rectorat. « Les atteintes à la laïcité doivent être combattues. C’est précisément ce que la direction du lycée Jules-Haag a fait en signalant dernièrement deux situations qui ont pu être sanctionnées et traitées par des mesures pédagogiques », affirme le rectorat, en rappelant les moyens d’action du dispositif d’alerte mis en place autour du groupe académique "Laïcité et Valeurs de la République". 


Created : mardi 16 mars 2021 11:15 Categories : Actualités locales | Education | Jeunesse | Actualités Favoris : Ajouter aux favoris Tags : Agression | Besançon | grève | LP Montjoux | Lycée Jules Haag | professeur | violences
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter


L'inforoute

Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.