Besançon : Mobilisation des psychologues devant l'ARS

Les psychologues réunis devant l'ARS de Besançon ont pointé du doigt un manque flagrant de concertation



S’accordant sur un préavis de grève national ce jeudi 10 juin, une mobilisation de psychologues s’est tenue à Besançon devant l’Agence Régionale de Santé. Les professionnels de santé du CHU Minjoz ont été rejoints par ceux du CHS de Novillars et des psychologues de Dijon. Un petit comité a été reçu par Frédéric Cirillo, adjoint au directeur de l’organisation des soins et responsable du département ressources humaines du système de santé à l’ARS.

Des mesures menaçant leur emploi

Les psychologues ont dénoncé ce jeudi une série de mesures menaçant selon eux de plus en plus leurs pratiques. Ils ont aussi pointé du doigt un manque flagrant de concertation entre ces professionnels et les services de l’Etat. Parmi leurs revendications, les manifestants mobilisés ce jeudi alertent sur le salaire de début de carrière, inférieur à celui des infirmiers. Ils déplorent que le Ségur de la santé exclue la revalorisation des psychologues. Tout comme l’augmentation de leur salaire, ils demandent également l’accès direct du public aux consultations des psychologues dans les établissements de la fonction publique hospitalière. Les psychologues souhaitent aussi une réduction de la précarité et des temps partiels dans ces métiers de plus en plus sollicités, notamment depuis l’impact de la crise du Covid-19.

« Tout se fait au détriment de l’hôpital »

Autre motif d'inquiétude : le tarif insuffisant des remboursements des consultations. « Cela ne permet pas aux psychologues libéraux d’en vivre. Les remboursements sont insuffisants » déplore Emelyne Collot, psychologue au CHS Novillars. « L’impression qu’on a, c’est que tout cela se fait au détriment de l’hôpital » souligne à nouveau la psychologue de Novillars. Des équipes de plus en plus réduites selon elle, ne permettant pas de prendre en charge correctement la plupart des patients. « A l’hôpital, ce sont des patients qui ont besoin d’équipes pluridisciplinaires, de soins conséquents » s’inquiète Emelyne Collot. Une délégation de quatre personnes a été reçue hier à l’ARS : 2 psychologues du CHS de Novillars et deux du CHU Minjoz de Besançon. L’objectif : se faire entendre. « Il y a un problème avec les mesures proposées en ce moment, et ce n’est plus possible. Tout ça a été fait sans concertation, il faut que ça puisse être réfléchi plus largement. La prise en charge du soin psychologique est quelque chose de global, qui ne peut pas se traiter seulement en quelques séances que l’on va vous donner chez un psy en libéral » regrette Emelyne Collot.

Emelyne Collot, psychologue au CHS Novillars
Created : vendredi 11 juin 2021 14:11 Categories : Actualités locales | Santé | Actualités Favoris : Ajouter aux favoris Tags : ARS | centre psychiatrique de Novillars | CHU Minjoz | psychologue
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter


L'inforoute

Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.