Pontarlier / Les Augustins : Donner l’envie d’entreprendre

Durant près de deux heures, l’entrepreneur du Haut-Doubs a évoqué son parcours et sa conception de gestion d’une entreprise.

Pontarlier / Les Augustins : Donner l’envie d’entreprendre

Ce vendredi, dans le cadre de l’opération « 100.000 entrepreneurs », les élèves de seconde du Lycée « Les Augustins » de Pontarlier recevaient Richard Paget, un chef d’entreprise Mortuacien. Durant près de deux heures, l’entrepreneur du Haut-Doubs a évoqué son parcours et sa conception de gestion d’une entreprise.

Cette initiative est née dans le cadre des cours de sciences économiques et sociales. « Je trouvais bien de décloisonner l’école en faisant participer un chef d’entreprise pour parler concrètement du monde de l’entreprise. On nous reproche souvent d’être dans la théorie. Ce qui n’est pas le cas dans ce projet là » explique Mme Guinchard, enseignante de la discipline au lycée les Augustins. « Cette initiative est très importante. Si l’on veut créer des emplois, il faut créer des entrepreneurs » explique Richard Paget. Et de compléter « l’entreprenariat est une vraie aventure de vie. Cela permet d’entreprendre sa vie. Bien sûr que la situation économique n’est pas facile mais je crois qu’il faut se prendre en main et tout ira bien ».

Créer des mini-entreprises

Dans le cadre de cette opération nationale et de leurs cours en sciences économiques et sociales, les lycéens ont également préparé des projets de mini-entreprises. L’intervention de Richard Paget a permis d’enrichir et de compléter les notions scolaires. Ces nouvelles connaissances, Arthur va tenter de les appliquer dans son projet de fabrication d’une boisson alcoolisée et de production d’un contenant original. L’adolescent se verrait bien endosser la responsabilité de chef d’entreprise mais il a conscience aussi des risques qu’implique une telle posture. « C’est intéressant car on a des libertés. Mais il y a aussi des risques si on ne réussit pas. J’ai conscience qu’il y a des problèmes financiers actuellement dans le monde. Du jour au lendemain, on peut ne plus avoir de travail » argumente-t-il. Pour Arthur, la question ne se pose même pas. S’il devient un jour entrepreneur, il créera sa société en France. « Je suis né ici. J’aimerais entreprendre en France » conclut-il.

Le reportage de la rédaction
Created : vendredi 20 mars 2015 19:33 Categories : Actualités locales | Education | Jeunesse | Actualités Favoris : Ajouter aux favoris Tags : ADOLESCENT | education | Jeunesse
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter


L'inforoute

Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.